moskenes.be

Jef Van Staeyen

Auteur : Jef Van Staeyen (page 1 sur 34)

mécrochages aux Beaux-Arts à Lille


réflexions sur Marie-Madeleine

Un Rubens qu’on ne voit pas bien, une statue en bronze qui s’envole, alors que son sujet et sa forme expriment la force de la gravité, et des abus de symétrie dans les intérieurs hollandais, le beau Palais des Beaux-Arts de Lille a quelques faiblesses dans la qualité des accrochages:  mécrochages aux Beaux-Arts à Lille.

* * *

En 2014, quand j’interrogeai la conservatrice en chef au sujet du Rubens — la Descente de Croix — elle prit le temps de me répondre:  “De fait, nous savons que le tableau de Rubens “La descente de croix” n’est pas bien positionné et nous envisageons de lui procurer une nouvelle place afin de permettre une meilleure appréciation de l’œuvre. Cela signifie cependant remanier l’accrochage de cette salle 2 et peut être même de la salle 1, c’est à dire un travail de réflexion complexe. Le projet est donc à l’étude mais en raison du calendrier de nos évènements, dont vous devez avoir connaissance, la mise en oeuvre ne sera pas possible avant plusieurs mois.”  Il est regrettable que les (nombreux) événements n’ont pas permis de repenser et de modifier l’aménagement de ces salles et/ou leur éclairage.

giratoires

(Niort, janvier 1985)

Le Giratorum Magnum envahit les Deux-Sèvres. Il s’agit d’un stradivore qui, en état larvaire, lorsqu’il saisit les administrations et se propage dans les dossiers, a un aspect assez bénin. Mais une fois développé (on dit “réalisé”), quand il attaque les villes et les villages, il devient un danger public. Il change les rues en carrefours et les carrefours en ronds-ponts. Il fractionne les trottoirs et multiplie les chaussées, laissant ses traces sous forme de flèches et de panneaux.  Le quartier attaqué est perdu. Car le Giratorum Magnum n’a qu’un seul ennemi, plus fort que lui, l’Échangeorum Dénivellatum.
Allez, circulez, il n’y a rien à vivre!


Un exemple frappant de l’attaque du Giratorum Magnum: l’église de Saint-Liguaire (Niort) enveloppée dans un rond-point.
Le Giratorum Magnum a aussi frappé sur le carrefour de l’avenue de Nantes et de la rue de Coulonges. Il prépare un coup sur l’avenue de Paris. Tout ça ne l’empêche pas d’être présent sur tout le département des Deux-Sèvres.

Article publié en janvier 1985 dans la revue La Galipote (sous pseudonyme mal choisi), au sujet d’un phénomène qui n’a cessé de s’aggraver sur tout le territoire national.
La situation montrée sur la photo (Niort, rue du 8 mai 1945) s’est quelque-peu améliorée depuis. La circulation passe toujours de part et d’autre de l’église du 14ème siècle, mais l’aspect “rond-point” de l’aménagement a été atténué par la création d’un jardin lui attenant.

 

boulevard Blanqui (Paris 13), centre du Monde

>“Le pôle Nord magnétique perd la boussole” écrit le journal Le Monde le 19 février 2019.  “Il y a du grabuge dans l’Arctique. Pas une énième querelle entre ours et phoques, mais une escapade vers l’est du pôle Nord magnétique, qui se dirige depuis le Canada vers la Sibérie,” précise-t-il sous la plume de Fabien Goubet.
Vers l’Est! ce que doit montrer la carte jointe, que l’on trouve aussi, sous une forme légèrement différente, sur >Wikipedia.

La carte du Monde ne donne ni latitudes, ni longitudes, que j’ai complétées à l’aide d’un atlas. Voici le résultat. (La boussole en haut à droite de la carte du Monde est une bonne blague, car le Sud n’est pas qu’en bas, il est partout.)

Plus on s’approche du pôle Nord (géographique), plus il est risqué de parler d’Est et d’Ouest. Toutefois, il apparaît à la lecture de la carte que le Nord magnétique se déplace de plus en plus rapidement vers l’Ouest! Un phénomène qui n’est pas seulement dû à l’accélération du déplacement (55 km par an, contre 15 km aux années 1990), mais aussi aux lois de la géométrie. Près des pôles, les petits pas font de grands mouvements. Si entre 1900 et 1990 le Nord magnétique s’est lentement déplacé, surtout vers le Nord (de 70° N à presque 80°N) et un peu vers l’Ouest (à 110°W), en l’an 2010 il se situait à une latitude de 120°W et en 2015 déjà à 150°W, pour être attendu à 180°W (ou 180°E, car c’est la même chose) en 2020. S’il continue ainsi (ce qui n’est jamais sûr), il entrera ensuite dans l’hémisphère Est, toujours par un déplacement vers l’Ouest.

2001: 81° 18′ N, 110° 48′ W
2005: 82° 42′ N, 114° 24′ W
2007: 83° 57′ N, 120° 43′ W
2015: 86° 27′ N, 136° 59′ W
2017: 86° 05′ N, 172° 06′ W

Sans doute, vu de Paris (ou Londres, Bruxelles, etc.), ou vu du boulevard Auguste Blanqui (siège du journal Le Monde, tout près de l’Observatoire de Paris), ce déplacement se présente comme un déplacement vers l’Est (et, toujours vue de Paris, la Sibérie est à l’Est), mais Paris n’est pas le monde, et Le Monde non plus.

Il ne suffit pas de s’appeler Le Monde pour dépasser son franco- (ou euro-) nombrilisme.

 

les Pays-Bas français n’existent plus ❧

Les annales des Pays-Bas Français, créées en 1976 par Jozef Deleu, ont cessé d’exister. À partir du mois d’avril 2019, l’association Ons Erfdeel, éditeur de la revue, publiera les articles au sujet du Nord de la France (les Pays-Bas français) et de ses relations avec la Flandre et, plus largement, la néerlandophonie, sur ses sites web >www.les-plats-pays.com et >www.de-lage-landen.com.
À cette occasion, Ons Erfdeel m’a demandé de décrire l’évolution que cette région, où je vis et travaille depuis maintenant 30 ans, a connue ces dernières 40 années.  Cet article, en néerlandais, a été publié dans la revue Ons Erfdeel (2019-1 — février), et se trouve également, toujours en néerlandais, sur ce site web: de Franse Nederlanden bestaan niet meer.

Le blog De Franse-Nederlanden – Les Pays-Bas Français de l’association Ons erfdeel comprend >une brève présentation et synthèse de mon texte.

Messages précédents

© 2019 moskenes.be

Thème par Anders NorenHaut ↑