Jef Van Staeyen

Étiquette : politique & société (Page 1 of 27)

notre mémoire perdue de Katharina Blum ❧

Nous avons vidé la maison parentale. Les meubles, les affaires, les livres.
Dans la bibliothèque de mon père, j’ai choisi quelques romans. Dont ceux d’Heinrich Böll.
L’honneur perdu de Katharina Blum — que je viens de relire, en néerlandais — m’a autant impressionné qu’il y a cinquante ans. Ce livre n’a rien perdu de sa force.

mauvaises fréquentations

Katharina Blum a 27 ans. Elle a deux handicaps, et son comportement deux incohérences. Ses handicaps sont qu’elle est jolie, et qu’elle travaille bien et beaucoup. Elle travaille comme aide ménagère et dans l’horeca: les cafés, restaurants, fêtes et réceptions. Où elle se fait souvent harceler, surtout quand elle organise des événements au domicile de personnes influentes. Les incohérences dans son comportement, jugées suspectes, sont d’une part qu’il lui arrive souvent de prendre sa Volkswagen pour rouler pendant des heures et des heures, sans destination précise — ce qu’elle fait de préférence sous la pluie sur des routes arborées —, et d’autre part qu’étant connue comme prude et réservée — on l’appelle parfois “la nonne” — il vient de lui arriver, un soir de jeudi gras (Weiberfastnacht), de tomber sous le charme d’un homme jamais rencontré, de danser toute la soirée avec lui de façon fort intime, de décider sur le champ de vouloir vivre avec lui, et de l’amener chez elle. Or cet homme est un criminel — ce qu’elle ignore — pris en filature par la police, et elle l’aide à s’évader de son appartement. Les ennuis ne se font pas attendre, d’abord avec la police et ensuite avec la presse à scandales: la Zeitung. De l’avis de la police, la rencontre avec le gangster le soir de la fête n’était pas fortuite mais planifiée, et Katharina est une complice. Pourquoi tous ces kilomètres, soi-disant sans destination aucune? Où allait-elle? Pourquoi a-t-elle pris le tramway pour aller à la fête où elle a rencontré cet homme? Qui est le visiteur dont parlent les voisins — un homme important dont elle fuyait la présence, mais dont elle refuse de révéler l’identité —, et qui lui a offert une bague onéreuse — dont elle ne voulait pas non plus?
Pour la presse, en tous cas la Zeitung, il n’y a pas que ça. Les doutes de la police se transforment en certitudes, voire sont déformées et sa défaveur: Katharina devient le centre d’un réseau criminel qui menace la sûreté de l’État, et ceux qui lui sont proches sont trainés dans la boue. Tous? non, car la Zeitung est sélective dans ses opérations de démolition.
Puisqu’il apparaît que certaines infos ont fuité du bureau de la police pour être exploitées par la Zeitung, Katharina s’en plaint, à quoi le procureur lui répond que “celui qui n’a pas de mauvaises fréquentations, ou ne s’y frotte pas par hasard, n’offre aucune opportunité à la presse de déformer la réalité”. Katharina ferait partie de “l’histoire actuelle”, qu’à l’aide de la presse à scandales les gens ont le droit de connaître.
En réaction à quoi, sa vie détruite, Katharina décide d’accorder une interview au journaliste de la Zeitung, et l’abat d’un coup de feu.

pas de Böll à la bib

Cet aboutissement, nous ne le découvrons pas à la fin du roman, mais à son début, ce qui fait partie du style et de la structure magistrale du livre. En 58 brefs et parfois très brefs chapitres, Böll prend le lecteur par la main, et lui présente le récit comme un reportage au ton parfois sec et administratif et ailleurs ironique, mais en désordre chronologique. Ce qui me fait penser au roman (bien plus récent) Puhdistus (Purge) de Sofi Oksanen en 2008.
Je conseille aux lecteurs de ne pas se décourager devant les bizarreries de style et de contenu des deux premiers chapitres, et de bien mémoriser les noms allemands qui parfois se ressemblent. Ceci étant fait, l’histoire court comme un train.

J’ai relu deux fois le livre (en néerlandais) et découvert ensuite que j’ai également une édition de poche en allemand, éditée en France, dans la collection “Lire en Allemand”, avec (la plupart du temps) des explications en allemand et (plus rarement) des traductions en français. Couplée avec la lecture en néerlandais, cette version originale en allemand m’a plutôt réussi.
Entretemps, je constate qu’il n’y a aucun Böll dans les librairies, et très peu à la bibliothèque. Dont aucune Katharina Blum.

 

Post scriptum: Die verlorene Ehre der Katharina Blum a été portée à l’écran par Volker Schlöndorff et Margarethe von Trotta en 1975.

trésor de la langue française

chers amis francophiles,

Il m’a fallu du temps pour découvrir ce joyau. Cette perle. Ce bijou. Cette pépite de la langue française.
C’est un article du Monde du 19 mars — Réforme du calcul de l’APL [aide personnalisée au logement]: le cauchemar des agents de la CAF [Caisse des allocations familiales] — qui m’a fait tomber dessus: la contemporanéisation.
En bref, il s’agit de calculer le montant des aides mensuelles (aujourd’hui l’APL, demain aussi d’autres) sur les données les plus récentes. Alors que dans le passé c’étaient les revenus de deux ans plus tôt qui servaient de référence. Maints ménages et maintes personnes se sont fait piéger par ce mode de calcul, dont la suppression fera aussi — qui s’en étonnerait? — quelques économies au budget de l’État.

Il faut penser que les têtes d’œuf, c’est-à-dire les consultants qui ont conseillé l’État — car c’est le consultant qui conseille, et celui qui cherche des conseils qui consulte… sauf en médecine, où la consultation est bidirectionnelle quand le patient consulte un médecin qui consulte… —, après avoir mûrement réfléchi, se sont laissé tomber la tête fatiguée sur le clavier de leur mac au moment où il s’agissait de trouver un nom pour la chose. Il en est résulté une incompréhensible succession de suffixes, produisant le substantif contemporanéisation, véritable piège orthographique, sans oublier son incommensurable imprononçabilité. Je suppose alors que les agents de la CAF, et autres personnes martyrisées par le calcul des aides, se cassent la tête (la leur, et parfois celles des autres) quand il s’agit de contemporanéisationner.
À l’imparfait du subjonctif, ça doit donner: je ne m’imaginais pas que nous contemporanéisationnassions autant.

Je précise toutefois que le verbe contemporanéisationner n’existe pas encore. À mon avis, il ne manquera pas d’apparaître, vu la tendance à créer de nouveaux verbes en “tionner” chaque fois qu’un problème se présente (qu’un verbe initial semble oublié, ou trop difficile à conjuguer), ou pour signaler un léger décalage de signification. Pensons à solutionner, révolutionner, questionner, positionner, voire acquisitionner et libérationner.
À l’inverse, il n’est pas impossible que dans les services, on parle plutôt de la contempoSi vous avez un instant, madame, je vous fais votre contempo!

Mais la véritable perle, je l’ai trouvée ailleurs. On comprend que dans la contemporanéisation, il s’agit d’accorder les temps — pour qu’ils concordent —, de les synchroniser: le temps du revenu et celui de l’aide. Or, ce n’est pas facile, ce qui a conduit, il y a quelques années déjà, à décaler les temps, à repousser la réforme, à l’ajourner, retarder ou postposer, à la reporter — la langue française a plus de verbes pour reculer que pour avancer; on postpose partout mais ne prépose qu’à la poste —, c’est-à-dire au report de la contemporanéisation, comme on pouvait lire dans ce joli titre sur le site web de l’USH (uëssache).

Plutôt que de report, je serais tenté, pour ma part, de parler de temporisation:  la temporisation de la contemporanéisation.
Évitons néanmoins d’envisager une contemporanéisation temporisationnée.

prisonniers de leur épargne ❧

Il y a de l’ironie, presque du cynisme dans ce qui suit.

Ces gens ont réussi. Peut-être étaient-ils plus intelligents, plus adroits, plus entreprenants. Peut-être ont-ils eu plus de chance. Peut-être ont-ils reçu un meilleur capital financier et culturel de leurs parents, fréquenté de meilleures écoles, trouvé de meilleurs jobs. Et bénéficié de quelques héritages ci et là. Peut-être ont-ils été plus économes de leur argent. Quoi qu’il en soit, ils disposent d’un matelas financier plus que confortable. Une telle aisance est agréable à avoir: on se sent mieux, plus sûrs, et contents de soi — une vie réussie. Puis, c’est bien pour les enfants aussi, et pour les vieux jours. Car avec la vieillesse, la santé et les maladies, les conditions de vie et les dépenses imprévues, on sait jamais.

Peut-être ont-ils investi leur argent dans l’immobilier, ou dans une entreprise — leur entreprise, un capital risque. Peut-être ont-ils réalisé des investissements dans des fonds anonymes. Anonymes, au sens que personne ne sait où va l’argent — demain ailleurs qu’aujourd’hui — ni d’où il vient quand il arrive. Il n’y a que le rendement qui importe. Les profits. C’est d’ailleurs pourquoi ils ont œuvré, avec leurs réseaux, leurs journaux et leurs politiques, pour que de plus en plus de secteurs d’activité s’ouvrent aux capitaux anonymes.

Vient le jour où ils perdent leur autonomie, et doivent s’installer dans une résidence-services, ou une maison de repos et de soins. Grâce à leurs épais matelas financier, ils s’installent dans la résidence la plus chic et la plus chère du pays. Elle se trouve tout près d’un parc, mais il faut traverser une des rues les plus circulées de la ville pour s’y rendre. De la chambre avec vue sur le parc, le parc ne se voit pas. Car l’immeuble a été construit comme hôtel cinq étoiles, mais n’a jamais été adapté à ses nouveaux occupants. Les rebords des fenêtres sont trop hauts pour que des lits ou des fauteuils on puisse voir les arbres. Les meubles sont trop lourds, les armoires trop petites. Un tapis très épais couvre les sols, il gêne les chaises roulantes, les déambulateurs et les pieds trainants. L’odeur de pisse s’y accroche. Surtout, il n’y a pas assez de personnel, pas assez de soins. Car ça coûte de l’argent. Ça menace les profits.

La résidence-services est financée par des capitaux aussi anonymes que ceux que ses habitants ont investis. C’est peut-être les mêmes. Prisonniers ils sont, de leur épargne.

* * *

post-scriptum:
Il y a quelques années, il est arrivé que le syndic de l’immeuble où j’habitais, et où j’étais propriétaire, se faisait acheter par une grande banque, après quoi ses honoraires ont considérablement augmenté. Mais pas la qualité. Cette banque n’était pas “ma” banque, mais celle d’un voisin. Ça aurait pu être “la mienne”, tout-à-fait comparable à “la sienne”. Ça aurait pu être mes sous. Prisonnier de mon épargne.
[Tout comme “ma” banque, la banque en question était mutualiste et coopérative.]

« Older posts

© 2022 moskenes.be

Theme by Anders NorenUp ↑