Jef Van Staeyen

Étiquette : migrants & réfugiés (Page 1 of 2)

nouveau monde — le Québec 2007 ❧

 

 

Voyager — est comme vivre.
On découvre le monde — sans y faire attention.
Avant même qu’on ait tout compris — le voyage est fini.

 

C’est avec ces quelques lignes, et sous la devise « Le Québec, c’est super-fun et méga-cool », qu’en 2007, au retour de notre voyage au Québec et à Montréal, j’ai démarré la rédaction d’un album nommé “nouveau monde — de finité et d’infinité”.
Une réalisation quelque-peu hybride, avec d’abord, en 60 pages, une description du Québec et le récit de notre voyage, et puis, dans une quarantaine de pages, quelques réflexions, ou essais, que le Québec et le voyage m’ont inspirés. Avec comme sujets le pouvoir et le marché, puis des hommes et des frontières et enfin les migrations transatlantiques au départ d’Anvers.

Continue reading

Jean Migault, journal d’un réfugié ❧

En avril 1688, le pasteur Jean Migault, maître d’école et notaire à Mougon (Poitou), accompagné de cinq de ses enfants, s’est embarqué à La Rochelle pour fuire son pays et les dragonnades de Louis XIV, et refaire sa vie en Hollande. Quelques fils ainés l’avaient précédé. Un an plus tard, en 1689, Jean Migault a mis la dernière main à son Journal, démarré dès 1683. Chacun de ses enfants en a reçu un exemplaire manuscrit. “Puis que tu te plais à lire mon écriture, je me suis diverty ces derniers jours à t’en faire une bonne provision pour ton premier jour de l’an prochain, qui sera environ le temps que tu recevras ce paquet. Je croy que tu en seras surpris, et que tu n’attends pas de recevoir des estrennes de cette natture.” (dédicace à son fils Gabriel, dans le manuscrit trouvé à Brême) “Je crois que, tant que nous vivrons, il nous souviendra de cette triste nuit”, décrit-il une tentative antérieure, en décembre 1687, pour quitter le pays.

France 2016: “Vas voir chez les Turcs si j’y suis”

160214-vas_voir_chez_les-Turcs

Pouvons-nous encore tomber plus bas?
Le Monde du 13 février rend compte des déclarations du Premier ministre à Munich:  > “Crise des réfugiés: Manuel Valls joue la fermeté face à Angela Merkel”.
Ils sont des millions, à être frappés par la guerre, en Syrie, Irak et Afghanistan.
Et que disent les responsables politiques d’un pays riche, puissant et bien organisé, patrie des Droits de l’Homme, qui par ailleurs prétend être >en guerre — c’est-à-dire capable de se dépasser —, et qui a le souvenir de la guerre et de l’exode en sa chair?
“30.000, pas un de plus.”

Qui est le politique qui dira que le pays est construit sur des valeurs partagés, et qu’il s’agit de les défendre, ici et ailleurs? Que ces valeurs impliquent de se préoccuper des réfugiés, dans une dynamique non pas négative (“pas un de plus”), mais positive, qui donne l’exemple, et entraîne d’autres pays. Même si ça nous coûte.

« Older posts

© 2021 moskenes.be

Theme by Anders NorenUp ↑